Cape Breton, Nouvelle Ecosse, Canada

INGONISH, Cape Breton island, Nouvelle Ecosse le 08 juillet 2017.

Il y a quatre jours que nous avons récupéré Franky et nous entamons donc notre cinquième campement, sur l’île du Cape Breton, au tout nord est du Canada.

Nous réalisons déjà à quel point le chemin qui mène à un lieu peut s’avérer plus étonnant encore que la destination d’arrivée elle même. Ainsi, nous souhaitions aller dans le sud de la Nouvelle Ecosse, sur la baie de Fundy, mais une simple histoire de gaz propane nous a fait changé nos plans, d’emblée et partir à l’opposé. Voilà comment….

En quittant le port d’Halifax au volant de Franky, ce 5 juillet, nous étions tous joyeux et un brin nerveux, excités. Enfin l’aventure allait commencer !

Notre mission première, comme dans « The Island » de Mike Horne, serait de trouver de l’eau et d’avoir du feu, donc du gaz. Nous sommes alors partis en direction de Tantallion, plus au sud, pour y faire le plein de notre réservoir de GPL, dans une des rares stations qui en délivre dans la province. Nous avons parcouru 40 km d’une route ensoleillée et bordée, de part et d’autres, de forêts de sapins, de rivières, de vallons, de lacs et au loin, d’Océan. Du grand spectacle ! « De Ouf » nous dit Iban.

Une fois arrivés à la station, nous constatons, malheureux, que le pistolet de la pompe GPL n’est absolument pas compatible avec notre entrée de réservoir. Pas de GPL donc et nous comprenons que, sauf mécano spécialiste tombé du ciel, nous devrons définitivement oublier cette option.

Heureusement, pas très loin se trouve « Canada Tyre », une grande surface de bricolage où nous comptons trouver un raccord pour une bouteille de gaz, mais là encore nous réalisons que rien n’est compatible avec notre équipement. Nous avons des raccords européens, système métrique et les leurs sont en « inch », système anglais pas métrique …. et qui roule à gauche aussi ? Et Shit té !

Le gars nous envoie encore un peu plus loin, chez un concurrent, « Home Hardware ». Là, nous avons droit à la même musique mais en revanche la chanson est plus gaie. En effet, le boss nous indique qu’il n’existe qu’un endroit où nous pouvons nous procurer « a propane fitting adaptor » et c’est à Halifax chez « Canada fittings ». Il est 18 heures et décision familiale est prise de rechercher notre premier camping pour faire le plein d’eau et y passer la nuit.

Céline en a repéré un sur la carte, sur la route côtière qui nous ramènera demain à Halifax et qui passe par Peggy’s Cove et son phare emblématique car le premier construit en Amérique du Nord. La petite route qui nous mène au camping d’Indian Harbour est un enchantement. Des « wouaouh ! », des « Oh lala ! » et des « De Ouff ! » ponctuent chaque sortie de virage et lorsque nous arrivons, nous sommes bouche bée devant la beauté de la baie. Elle est parsemée d’ilôts couverts de sapins et s’offre aux locataires du camping, d’un côté, puis à l’océan de l’autre.

Nos voisins, retraités en vadrouille, viennent de Colombie Britannique (BC), province de la côte pacifique, à l’autre bout du pays, c’est à dire à 7000 km d’ici. Ils sont avenants et souriants et très vite nous invitent à passer une semaine chez eux lors de notre passage. Amélie, quant à elle, a mis environ 3 minutes pour se faire les copines avec qui elle passera sa soirée, entre balançoire, pet shups et cache cache. Mais ce soir, sans gaz, c’est sandwich pour tous.

Au matin, avant de partir, nous achetons 4 homards fraîchement pêchés puis roulons vers Peggy’s Cove et Halifax. Nous achetons notre raccord-adaptateur, une bouteille de propane et décidons, puisque nous sommes repartis vers le nord de poursuivre dans cette direction vers le Cape Breton et son immanquable, paraît-il, Piste Cabot. Nous roulons près de trois heures et trouvons un spot pour passer la nuit à la sauvage, devant un petit ponton paumé en fin de route,dans la forêt, avec deux barques de pêcheurs amarrées là. Une petite anse de mer perdue, pas âme qui vive, une régalade de homard… What else ?

Le lendemain nous repartons plein nord et arrivons sur l’île, à Dunvegan, vers 15h. Le camping n’a rien de comparable avec celui, tout mignon, d’Indian Harbour. Ici, une centaine de caravanes gigantesques, de Recreative Vehicle (RV mais prononcez Haorvi) ou de camions monstrueux sont fièrement alignés les uns à côté des autres et nous obtenons une place au milieu d’eux, la palme revenant à notre voisin américain, Bruce Harris, retraité style « les feux de l’amour ». Son camion est … Pffff… comment dire ? Démesuré. Du coup, si notre Franky a plutôt fière allure en Europe, ici il ne fait pas le malin. Ceci dit les canadiens le kiffent. Nous aussi on l’aime notre petit camion.

L’ambiance du lieu ne me plaît pas du tout et nous partons dès le lendemain et sous la pluie vers cette fameuse piste Cabot.

C’est une route côtière qui fait le tour de l’île par le nord et offre des points de vue magnifiques et spectaculaires. Nous en prenons plein les mirettes malgré le temps maussade du jour et décidons de nous arrêter à Ingonish, dans un parc régional. Nous prenons une place sans eau ni électricité (bien meilleur marché) et savourons cet emplacement en pleine forêt avec une rivière et l’océan au bout d’un sentier, là, à 2 minutes de ballade.

Nous allons explorer le coin avec Iban et découvrons une plage sauvage de toute beauté. Une fine barrière de dune de sable rouge, à marée basse, obstrue la sortie de la rivière de sorte que lorsque nous y passons dessus, nous apercevons un banc de poisson qui attend qu’une vague vienne rompre ce fragile barrage. La marée remonte et c’est imminent. Les poissons le savent. Ce qu’ils ne savent pas, en revanche, c’est que nous allons sauter dans l’eau et en sortir huit à la main. Quelle pêche !

Ce sera le repas du soir.

Nous restons une journée de plus à cet endroit. C’est beau, c’est sauvage, c’est calme, c’est comme on aime.

Demain nous partirons en direction du Québec. Il nous faudra traverser la province du Nouveau Brumswick dont la capitale, Moncton, se situe à environ 500 km. Nous espérons la dépasser pour atteindre la Gaspésie. Affaire à suivre.

10 commentaires

  1. Je vois que les aléas du voyage de vous retire pas le sourire , bonne aventure , profitez en à fond , bon vent!!! Gros bisous .

  2. Coucou la petite famille. J’ai reçu votre carte, merci beaucoup mes cheris, ca fait du bien.
    J’ai lu le résumé de la semaine et je vous suis sur une copie de la zone (sur “l’atlas”) avec mes notations perso comme j’avais fait pour les années “routard” de Patrick
    Plus il y a de noms plus c’est facile de vous suivre.
    Plein de superbes paysages et de rencontres déjà. Continuez prudemment et soyez heureux.
    Un Gros câlin pour Iban et plein de bisous rigolos pour Amélie.
    Gros bisous à tous les 4, je vous aime très fort..

  3. C’est magnifique cette experience. Nous sommes heureux de pouvoir vous accompagner virtuellement dans cette aventure. Merci les copains de nous faire nous aussi rêver un peu. Bonne route…

  4. Superbe ton récit Céline, toute la famille va bien ainsi que Franky !!!! on espère voir prochainement les photos et les films de notre petit reporter Mister Iban !!! Gros bisous à Lili et Iban !!! on pense à vous !! bisous à vous deux bien sûr !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *